© 2014 Service de Gastroentérologie - Pr Chaussade - Cochin

Contacts

Mentions Légales

Standard hôpital : 01 58 41 41 41

Prise de rendez-vous : 01 58 41 42 43

Troubles moteurs oesophagiens

 

L’achalasie (ou achalasie du sphincter inférieur de l’œsophage, anciennement appelée méga-oesophage idiopathique) est le mieux connu des troubles moteurs œsophagiens, mais reste une maladie rare, touchant 1/100 000 personnes dans le monde.

 

Les autres troubles moteurs de l’œsophage comprennent le spasme œsophagien distal (anciennement appelé « spasmes diffus »), l’œsophage hypercontractile ou marteau piqueur ( anciennement appelé « casse noisette »), et le péristaltisme œsophagien inefficace ou absent.

 

Les symptômes typiques sont une gène à la déglutition (blocages) des aliments liquides ou solides, un amaigrissement, des douleurs dans la poitrine, et des régurgitations.

Ils sont classiquement évalués par le score d’Eckhart.

 

Attention !

En présence de douleurs dans la poitrine, la première personne à consulter est votre médecin traitant  qui vous orientera vers un cardiologue. Ces symptômes ne sont pas spécifiques de l’achalasie : on les rencontre dans un grand nombre de maladies de l’œsophage et de l’estomac, en particulier dans le reflux-gastro-oesophagien.

 

Le diagnostic de trouble moteur de l’oesophage nécessite toujours en premier lieu une endoscopie oeso-gastro-duodénale.

Le diagnostic ne peut pas être fait sans une manométrie œsophagienne.

Dans la plupart des cas, il vous sera prescrit en complément une radiographie de l’œsophage au cours de laquelle vous devez avaler un produit : cet examen est appelé transit oeso-gastro-duodénal et est réalisé par un radiologue.

 

L’achalasie consiste en une absence de relaxation du sphincter inférieur de l’œsophage.

Elle s’associe à des anomalies de la contraction du reste de l’œsophage:

- Contractions totalement absentes dans l’achalasie de type I (15-20% des cas).

- Contractions  absentes avec pressurisation pan-oesophagienne dans l’achalasie de type II  (50-70% des cas).

- Contractions anormales avec présence de contractions prématurées dans l’achalasie de type III (15-30% des cas).

 

Il est impossible de restaurer les contractions de l’œsophage.

Les traitements consistent à diminuer la pression dans le sphincter inférieur de l’oesophage, à la jonction entre l’œsophage et l’estomac.

 

Les options thérapeutiques sont:

1. Injection de toxine botulique ( Botox®) dans le sphincter inférieur de l’œsophage par voie endoscopique.

2. Dilatation au ballon (dilatation pneumatique) du sphincter inférieur de l’œsophage , par voie endoscopique.

3. Incision du sphincter inférieur de l’œsophage par voie chirurgicale (myotomie de Heller).

4. Incision du sphincter inférieur de l’œsophage par voie  endoscopique (myotomie perorale ou POEM).

La POEM permet d’obtenir la même efficacité à court terme que la myotomie chirurgicale avec deux fois moins de complications.

 

Cette technique serait adaptée au traitement de formes de mauvais pronostic (achalasie de type III) et d’autres troubles moteurs de l’œsophage.

Cependant, elle reste une technique en développement, actuellement principalement réalisée dans le cadre d’essais cliniques. L’hôpital Cochin en est un des centres pionniers en France.

 

Le traitement consiste à inciser, au cours d’une endoscopie sous anesthésie générale, le sphincter inférieur de l’œsophage.

Il nécessite une hospitalisation de 24-48 heures.

L’efficacité est de 90 à 95 % à 1 an, et de 80% à 2 ans.

L’efficacité à long terme est encore incertaine car la technique est récente (développée en 2010).

Une complication survient dans 3% des cas.

Un reflux gastro-oesophagien et diagnostiqué chez un patient sur trois.

 

Déroulement de la procédure par étape :

Etape 1: Endoscopie initiale

Etape 2: Incision

Etape 3: Tunnel sous muqueux

Etape 4: Myotomie - incision du muscle

Etape 5: Fermeture du tunnel par des clips

RAPPEL IMPORTANT: 

Cette information est uniquement destinée à fournir des orientations générales. Elle n'est pas exhaustive et ne fournit pas de conseils médicaux définitifs. Cet examen est soumis à une prescription médicale.